Marais d'Annay Sous Lens

accueil.jpg

Marais Contenu

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
19 avril 2011
 
Bonne peche
 
D'aprés Mme le Maire ,les eaux rejetées dans le marais sont propres

Des poissons qui meurent chaque jour

Etat des eaux le 1er mai 2011

Inondations rue du 1 er Mai

Intérieur du deversoir

Le déversoir devait empecher les inondations- Le 29 avril 2011

Photo 3 avril 2011

Pluie du 29 avril 2011

Putréfaction étang le 3 avril 2011

Une petite pluie, le déversoir rejette les égouts dans le marais

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La pollution du marais d'Annay-sous-Lens s'amplifie,

Aucun respect de la nature, de la faune et de la flore aquatique.

Malgré nos alertes incessantes, Madame le Maire continue de faire croire a la population que les eaux des égouts rejettées dans le marais sont propres et sans aucuns dangers.

A vous de juger.

Un bon conseil: Surtout, il est conseillé de ne pas consommer les poissons du marais et, surtout, de se désinfecter les mains après une partie de pêche.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d'Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d'Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quelques photos du marais d'Annay sous Lens ou l'on voit les excréments rejetés par le déversoir d'orage (ou plutôt d'égouts) .A la moindre pluie ce déversoir rejette tous les résidus des égouts de la ville. Pour le mois de juillet celui a fonctionné une dizaine de fois . Pendant le mois d'août celui ci a même rejeté ses cochonneries une journée entière.Suite aux odeurs nauséabondes les pécheurs désertent l'étang. Un comité de défense du Marais issu d'Annaysiens de sensibilités différentes a été mis en place .Une pétition pour cesser cette pollution circule actuellement et a déjà étè paraphée par plus de 400 défenseurs de la nature.Les dernières Analyses des eaux réalisées par l'institut Pasteur sont préoccupantes. Mr Bruno Troni Président des élus communistes de lacommunaupole est intervenu auprès du président Mr kuchéida pour dénoncer cette situation (affaire a suivre)

Le Groupe des élu(e)s Communistes et Républicains d'Annay sous Lens

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Page0003.jpg

Page0004.jpg

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vous trouverez ci dessous une nouvelle vidéo et de nouvelles photos sur le déversement du contenu des égouts dans l'étang d'annay ce 6 juin 2010.

Cliquez ici pour voir la video

DSC02737.jpg

DSC02738.jpg

DSC02740.jpg

DSC02745.jpg

DSC02751.jpg

DSC02753.jpg

DSC02743.jpg

Cliquez ici pour voir la video

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ANNAY SOUS LENS   

ALERTE A LA POLLUTION !!!         

Ce matin du  6 Juin, durant la pluie, les Annaysiens ont été écoeuré de voir les déchets de résidus de toilettes se déverser abondamment dans l'étang d'Annay sous Lens

Pendant plusieurs heures sans interruption, ce sont des milliers de m3 d'eaux polluées et dangereuses entrainant, papiers toilettes, lingettes, excréments humains, Tampax, trainées de gras, qui ont été rejetés par le déversoir des touts à l'égout rue Kléber Rolle, dans notre marais.

 De fortes odeurs nauséabondes et  insupportables étaient perceptibles à une dizaine de mètres de ce déversoir.

Mme San-Vicente-Baudrin a défendu et autorisé le projet de ce déversoir de  rejets  des eaux de toilettes dans l'Etang communal. Elle prend donc toute  la responsabilité sur la suite  des risques sanitaires que cette  pollution va engendrer.

Cliquez ici pour voir la video

P060610_10.28_[01].jpg

P060610_10.31_[01].jpg

P060610_10.32.jpg

P060610_10.45_[01].jpg

DSC01459.jpg

DSC01463.jpg

Cliquez ici pour voir la video

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

borloo etang.jpg

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Masson recto.jpg

Masson verso.jpg

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

DDTMN recto.jpg

DDTMN verso.jpg

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Un groupe d'Annaysiens et d'élus opposés à la construction du déversoir et qui espèrent sauvegarder l'étang qui leur est si cher.

 

Depuis plusieurs mois, la construction d'un nouveau déversoir d'orage relié au marais suscite une levée de boucliers du côté d'un groupe d'Annaysiens. Ces derniers s'inquiètent des conséquences de l'installation de ce nouveau système sur la biodiversité du site.
Pour certains habitués et amoureux de l'étang d'Annay-sous-Lens, c'est le déversoir de trop. La construction, actuellement en cours, d'un deuxième système d'évacuation du trop-plein d'eau provoqué par les fortes pluies du côté de la rue Kléber-Rolle fait l'effet d'une bombe.


« C'est un vrai retour en arrière », déplore Michèle Moren en tendant un article paru en mai 1982 dans les pages de notre confrère régional.


Élue communiste sous le mandat d'Étienne Jennequin, aujourd'hui dans l'opposition au conseil municipal socialiste, elle s'était battue corps et âme, à l'époque, pour lancer l'assainissement de l'étang menacé d'eutrophisation (dégradation du milieu aquatique, ndlr). Car plusieurs déversoirs évacuaient déjà les eaux usées de la commune dans le marais. « Il a fallu trois mandats pour mettre en place un système de nettoyage efficace et pour aménager les berges.
Lorsqu'elle apprend le combat qu'elle a mené vingt ans plus tôt se trouve remis en question par la municipalité actuelle, la pilule a du mal à passer.

« En 2008, un premier déversoir de récupération des eaux de ruissellement de la rue Gino Valli, du parking et de la nouvelle route qui rejoint la RN17 a été installé. Cela a déjà porté atteinte à la biodiversité », déclare Jean-Claude VandenBorren, président de l'Avuel (Association de valorisation et utilisation des énergies locales).

En novembre 2009, un nouveau déversoir, destiné à délester le réseau du tout-à-l'égout de la commune lors de fortes pluies, commence à être construit « sans que le conseil municipal ait été concerté », précise-t-on. « On nous a mis devant le fait accompli. » Bataille pour la sauvegarde de la biodiversité Pour les défenseurs du site, ce système pose un vrai problème de santé publique. « Ces deux déversoirs entraînent deux pollutions différentes convergeant vers un même endroit et qui, en se déposant au fond de l'eau, auront des conséquences directes sur la nappe phréatique », déclare Michel Autès, vice-président du conseil régional et chercheur au CNRS. Sollicité il y a plusieurs jours par les opposants à la construction du nouveau déversoir, il souligne l'urgence d'une réaction des pouvoirs publics : « On a déjà perdu 50 % des zones humides en France. La sauvegarde de cette richesse naturelle est un véritable enjeu. » Après avoir interpellé la communauté d'agglomération de Lens-Liévin, la direction régionale de l'Environnement, la police des eaux et la préfecture, les défenseurs du marais, « espace de loisirs et de convivialité », espèrent que le problème soit très vite pris à bras-le-corps.
« Il est nécessaire que des prélèvements et des analyses soient effectués afin de mesurer le degré de dangerosité de cette pollution. » Leur dernier recours ? Faire intervenir les parlementaires afin de pouvoir changer, « tant qu'il en est encore temps », l'avenir de cet étang

« C'est un poumon vert que l'on enlève à la population »


Véritable écrin de verdure au cœur de la ville, l'étang d'Annay-sous-Lens est depuis plusieurs mois au centre des préoccupations des promeneurs et pêcheurs, inquiets de l'avenir que lui réserve la construction du nouveau déversoir. Voilà une vingtaine d'années qu'Alain pêche, dès qu'il en a l'occasion, aux abords de l'étang d'Annay-sous-Lens. « C'était le rendez-vous des amoureux de la nature ici. Aujourd'hui, on est en train de tout saccager », déplore-t-il, tout comme un autre de ses camarades qui s'inquiète de l'avenir de cette réserve naturelle : « Depuis quelque temps, les canards ont disparu et les poules d'eau se font de plus en plus rares. Il y avait même des cygnes à une époque. Maintenant, ils sont remplacés par des nappes d'huile... » Il a donc, comme une partie des 550 adhérents de l'Ablette Annaysienne (l'association de pêche de la commune, ndlr), pris une décision qui lui fend le cœur : « J'ai pris ma carte de pêche à l'étang voisin d'Estevelles. » Pour Jean-Claude VandenBorren, la construction du nouveau déversoir signifie la mise à mort de ce site naturel très fréquenté. « C'est un lieu de pêche mais aussi de promenades. Beaucoup d'Annaysiens viennent passer leurs week-ends et leurs vacances le long de l'étang. C'est un poumon vert qu'on enlève à la population. » Et le président de l'Avuel (Association de valorisation et utilisation des énergies locales) de démontrer son argument par un raisonnement logique : « S'il n'y a plus de biodiversité, il n'y a plus de pêcheurs. S'il n'y a plus de pêcheurs, il n'y a plus d'association de pêche. Et s'il n'y a plus d'association de pêche, il n'y a plus de marais. » Et ce n'est pas le président de l'association de pêche, Daniel Matteï, qui dira le contraire. Ce dernier se sent d'autant plus impuissant que, depuis le 1 er janvier, la municipalité a repris la régie de l'étang. « On essaie peu à peu de dissoudre l'association », déclare-t-il, amer. « On détruit les richesses naturelles d'un site remarquable et le patrimoine des Annaysiens », conclut Jean-Claude VandenBorren..

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les riverains sont excédés. Un monotube récupère eaux de pluies et eaux usées et, en cas d'orages, tout se déverse dans l'étang.

Publié le dimanche 08 novembre 2009

 

Il y a de l'eau dans le gaz à Annay-sous-Lens. Depuis mardi, des travaux de création d'un déversoir sur le parking devant le lac ont démarré, réveillant les inquiétudes de pêcheurs, marcheurs, chasseurs et riverains.


Ils se demandent ce qu'on va encore déverser dans leur étang, là ou deux déversoirs vident déjà « des eaux peu claires ». Ils aimeraient en savoir plus et ne plus recevoir des « tout va bien » à chacune de leurs questions.

Une douzaine de personnes nous attendait hier à l'étang communal d'Annay-sous-Lens. « Devant la pierre qui bloque l'accès aux véhicules de secours et aux handicapés », peste Daniel Matteï, président d'une société de pêcheurs de la commune. Mais si les riverains insistent sur « l'absurdité de cette installation qui vise à empêcher squatteurs et nomades de s'aventurer près du lac », ils étaient réunis hier pour défendre, en premier lieu, le très bel étang d'Annay.

Si les arguments arrivent un peu pêle-mêle, c'est qu'ils en ont gros sur le coeur, et ce, depuis un certain nombre d'années. « Quand il y a de fortes pluies, le collectif des eaux pluviales et des eaux usées vient dans ce déversoir, ici, dans l'étang, explique M. Matteï. Résultat, on retrouve des excréments, du papier toilettes et les microbes qui vont avec. » « Nous, nous habitons juste à côté, rue du 1er-Mai, et nous sommes très fréquemment inondés. Alors nous sommes les premiers à vouloir une solution pour éviter le problème. Mais pas au prix d'une pollution de l'étang ! » annonce Mme Pandolfo.
« Venez voir par ici, vous apercevez sans mal la traînée blanche qui sort de ce déversoir. On nous dit qu'il y a un filtre. Mais on ne peut filtrer les matières biologiques ! » « Le problème, annonce ensuite un élu d'opposition de la commune, M. Terlat, c'est qu'Annay ne cesse d'accueillir de nouveaux habitants. Plus de 200 logements vont bientôt voir le jour. Mais à Annay, il n'y a qu'un seul tuyau sur lequel se raccorde le tout à l'égout des habitations. Ce n'est plus tenable. » Les analyses d'eau sont trop onéreuses pour les commander. Mais les poissons souffriraient de l'état de l'eau, les plantes aquatiques ne reprennent pas. Il n'y aura que peu de canard par rapport à « avant ». Un constat alarmant selon eux qu'ils ont déjà présenté à la mairie. « Mais on nous dit que tout va bien. » Ou alors on ne répond pas, comme le soulignait M. Vandenborren de l'association de défense de l'environnement AVUEL.
Finalement, M. Terlat résumera bien la situation : « Nous avons besoin de savoir. D'être rassurés sur la qualité de l'eau. Nous voulons une réunion publique pour discuter de tout ça avec des élus et des techniciens. Même si les choses sont régulières. Car comme il n'y a pas de discussion à Annay, on finit par douter de tout. » Reste au maire, Michèle San Vicente, de réunir ses administrés inquiets ?


La mairie n'était pas joignable, hier.

E. L

Source